« Alors que, confinement généralisé aidant, le milieu aquatique a abondamment profité d’une réelle accalmie de toutes les pollutions habituelles et que, du pont du Port aux Anglais au pont d’Epinay, on pouvait admirer, évènement rare, la limpidité des eaux, le thème de la Seine n’a pas, à de rares exceptions près, focalisé l’attention des élus ou des électeurs. »

Lettre n°3 de l’association “La Seine n’est pas à vendre” de juillet 2020.

           >     A lire

La Seine n'est pas à vendre - n°3