A grand renfort d’images poétiques et bucoliques, la rue est appelée à disparaître au profit d’un espace vert parsemé d’aires de jeux et de terrains de sport. Que faut-il en penser ? Stéphane Védrenne propose quelques éléments de réflexion dans la revue Chroniques d’Architecture.

« Si dans le nouveau monde idéal cette vision peut être une réponse adéquate, dans le cadre de notre territoire couvert de villes historiques et anciennes, force est de reconnaître que, ces visions aussi idylliques soient-elles n’en demeurent malheureusement pas moins irréalistes.

Comme souvent avec nos écolo-bobos prompts à rêver d’espaces verts – à condition qu’ils n’en aient pas à assumer l’entretien eux-mêmes – il faut chercher l’anguille, ne pas s’arrêter à la surface des choses, à la cosmétique car, contrairement au slogan soixante-huitard, sous les pavés ne se cache pas la plage ! »

Lire l’article de Stéphane Védrenne